Par Nicolas Vidal – Fantastic Negrito est assurément le très gros coup de coeur musical de ce début d’été pour cet artiste totalement atypique qui joue un blues hallucinant.

Il nous vient d’Oakland. Son vrai nom est Xavier Dphrepaulzz. Il rend hommage de façon merveilleuse à la musique noire traditionnelle. The Last Days in Oakland est totalement addictif ! Rencontre avec un artiste hors norme qui continue à se produire dans la rue pour le plaisir !

Fantastic Negrito, vous avez une histoire hors du commun et un parcours incroyable. Quel est le chemin depuis votre signature chez le Label Interscope jusqu’à aujourd’hui ? De plus, pouvez-vous nous expliquer votre nom de scène ?
Mon objectif est de créer une musique capable de communiquer avec le public. Il s’agit d’une thérapie personnelle. En ce qui me concerne, il est très important de contribuer aux rapports humains. En premier lieu, il faut avoir des chansons fantastiques. J’aime particulièrement le côté cru et le sentiment d’urgence propre à la music black roots. En effet, je marche toujours vers la lumière dans le but d’élargir mes horizons de production et de collaboration. J’espère que nous pouvons en arriver à ce point dans dix ans d’ici. Mon chemin est un voyage que beaucoup de gens empruntent. Quand j’ai commencé, je me suis fixé un objectif précis : devenir une star. J’étais certes très inspiré par les grandes musiques mais j’étais aussi très envoûté par la gloire et la renommée que la musique pouvait m’offrir. Décrocher un gros contrat avec le label Interscope me paraissait alors comme une véritable victoire. Mais un problème s’est posé : dès lors qu’un musicien pense ainsi, il succombe aux tentations de la corruption de l’art et il met de côté irrémédiablement la qualité de celui-ci Un gros contrat signifie que vous avez permis à cette entreprise de vous acheter en quelque sorte. Si vous vous focalisez sur les chiffres des ventes, vous influencez votre capacité créatrice de manière négative. C’est difficile à expliquer mais le processus est très important. Plus je me concentre sur la création musicale dans un studio sans m’inquiéter de ce que les gens vont en penser, plus je m’approche de l’honnêteté. Et si je travaille correctement, je serai à même d’interpeller mon public …

> Lire la suite ….